Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Naturalistes du Bugey

de tout, un peu....

Coup d’oeil sur une épopée

4 Août 2021, 14:00pm

Publié par Philippe

Avant de poursuivre le récit des explorations botaniques de nos amis Naturalistes, voici un topo rédigé par Philippe concernant l'historique de ces montagnes du sud Dévoluy bien malmenées par les hommes...

Pierre ayant proposé d’aller voir ce qui pousse plus haut et plus au sud, nous sommes donc partis écumer le sud du Dévoluy, la montagne de Ceüse et autres lieux.

Iris jaunâtres, chardons blanche-épine et autres ibéris du mont Aurouze étaient au rendez-vous, j’ai aussi tripoté moult pigamons afin de m’assurer qu’ils étaient petits ou bien fétides et me suis compliqué l’existence avec un Monochamus sutor dont je ne suis pas encore sûr…

Monochamus sutor

Monochamus sutor

Trêve de botanique, oublions les longicornes.


Le village des Sauvas, ces quelques maisons n’ont pas toujours eu le même environnement forestier, un poster, daté de 1889, dans le gîte qui fut le nôtre résume cette époque

Coup d’oeil sur une épopée

Les autochtones pour survivre, sciaient la branche qui les portait,

le « pays noir » de jules César (noir car densément boisé, 50 ans avant J-C) avait, depuis le Moyen-Age et la Révolution tourné à la prairie dégradée entre démographie, élevage et cultures, même les Chartreux, propriétaires des lieux, semblent avoir eu une très courte vue, aggravant l’érosion par le défrichement et la mise en culture… ).

En 1789, le cahier de doléances de Montmaur disait : «L’état des bois est de fort petite valeur… à peine pouvant subvenir aux besoins de la communauté». Il attirait aussi l’attention sur les inondations et les engravements, les routes coupées (même celle de Veynes à Gap), ponts emportés dont était victime cette cité. Plus d’arbres, une herbe maigre, les freins aux débordements de la Sigouste et autres torrents et à l’érosion n’existaient plus…

1889 !!! La restauration des secteurs critiques commence : en particulier celle des griffes d’érosion résultant de l’affouillement par les hautes eaux de la Sigouste que domine les Sauvas

2015 !!!

Voici les lieux tels qu’ils sont aujourd’hui et même si des travaux s’imposent toujours, le hameau est bien moins menacé…Nous sommes loin des griffes d’érosion de 1889 qui mettaient le hameau au bord du gouffre.

Coup d’oeil sur une épopée

Il faudra attendre le début du XIXème siècle pour que l’administration des Ponts et Chaussées s’engage dans la sécurisation des routes surtout par la construction de digues…

Mais l’essentiel restait de limiter l’érosion et le transport de matériaux depuis l’amont, c’est là que l’Etat va intervenir, la simple mise en défens ne suffisant pas : achats à l’amiable des terrains, expropriations… Avec les problèmes de délimitation, de propriétés indivises… qui vont avec !

Les Eaux & Forêts ont alors pris le relais pour reboiser, les villages rachetés sont devenus des bases abritant ouvriers et gardes forestiers et aussi des pépinières.

Celle des Sauvas produisait 180 000 plants l’an (je présume en majorité des pins noirs d’Autriche ainsi que des mélèzes?), des chemins carrossables, des sentiers ont été ouverts (70Km). Les forestiers pour cette mission ont utilisé toutes sortes d’essences : pins noirs, mélèzes quelquefois épicéas, feuillus pour les ravins (saules, peupliers, aulnes blancs… jusqu'au cytise pour les zones rocheuses !

Lire la suite

Devinette de Philippe: la solution

20 Mai 2021, 13:23pm

Publié par Société des Naturalistes du Bugey

La floraison de la plante mystère se faisant attendre, voici quelques illustrations de

Thalictrum minus, Petit pigamon, puisqu'il s'agissait de lui...Philippe disait lui-même que "l'énigme était vacharde" !!!

 

Photos 1 et 2prises sur le site de l'université de Jussieu, photo3: Wikipedia
Photos 1 et 2prises sur le site de l'université de Jussieu, photo3: Wikipedia
Photos 1 et 2prises sur le site de l'université de Jussieu, photo3: Wikipedia

Photos 1 et 2prises sur le site de l'université de Jussieu, photo3: Wikipedia

L'énigme que je propose me semble plus facile, puisqu'il s'agit d'une plante que tout le monde connait et qui a même été chantée!!!

Lancez- vous...

La photo est ici:

Frédérique

PS; Philippe nous promet dès que possible quelques détails sur l'écologie du petit pigamon, avec des photos "locales et de saison"!!!

Lire la suite

Devinette de Philippe...suite

10 Mai 2021, 17:06pm

Publié par Philippe

La pression monte!

Déjà deux réponses presque exactes,

Voici d'autres photos pour vous mettre sur sur la bonne voie:

???
???
???

???

On sait également que la plante mystère pousse en terrain sec!

Lire la suite

La devinette de Philippe...

8 Mai 2021, 13:20pm

Publié par Philippe

Jusqu'à présent, elle n'a inspiré personne...voici une autre photo qui aidera peut-être à trouver de quelle plante il s'agit:

???

???

Lire la suite

idée de lecture

3 Mai 2021, 17:25pm

Publié par Philippe

Bonjour à tous

Comme depuis vingt ans le mois de mai fait mentir le proverbe*, pour vous en convaincre voici une photo de la dame d’onze heures, elle est prise ce jour à l’heure du goûter…

 

*En avril ne te découvre pas d’un fil, en mai fais ce qu’il te plait !

Ornithogalum umbellatum

Ornithogalum umbellatum

Si le pays avait bien besoin d’un peu de pluie, celle-ci aurait pu se répartir un peu plus tôt dans l’année…

 

Rentrant à la maison plus tôt que prévu, en chemin, j’ai eu l’idée de vous inviter à lire un livre :

La botanique c’est les plantes mais c’est aussi des hommes, j’ai eu comme cadeau de noël un livre (j’en ai eu plus mais celui-ci devrait vous concerner) : LA FABULEUSE ODYSSEE DES PLANTES De Lucile Allorge & Olivier Ikor (JC Lattés).

idée de lecture

Cette dame et son acolyte retracent l’histoire de la botanique moderne, parlent des hommes qui ont ouvert la voie dans ce domaine. Cela pourrait être un peu didactique, mais non :

C’est vivant, non dépourvu d’humour et plein d’humanité, en savoir plus sur les Tournefort, Buffon et autres Jussieu donne une idée de ce que nos prédécesseurs ont fait… Avec les moyens dont ils disposaient alors que la botanique n’était considérée que comme une branche de la médecine.

 

Souvent on rencontre dans le nom d’une plante, d’un animal, les traces de ces personnages qui souvent ont voué leurs vies à la connaissance dans des temps où une expédition durait des années, où le monde, les régnants pouvaient avoir changé, où le jeune homme parti, pouvait mourir en route, rentrer au seuil de la décrépitude, ou sans un sou et oublié…

Il existe un certain nombre d’ouvrages sur les botanistes et les naturalistes, celui-ci, j’ai envie de le partager avec vous, en règle générale les naturalistes du XVIIéme jusqu’au XIXème siècle méritent d’y consacrer un peu de temps…

 

Enfin après l’instant littéraire, une colle : qui dira de quelle plante il s’agit :

???

???

Vous avez du remarquer qu’en fin de blog, il y a une rubrique commentaire, donc une place pour répondre…

 

Philippe

Lire la suite

nouveau MOOC !

11 Janvier 2021, 17:54pm

Publié par Frédérique

Vous êtes intéressés par la biodiversité ?

alors, le nouveau MOOC qui débute le 25 janvier est pour vous!

" Comme nous, les espèces végétales et animales ont besoin de se déplacer pour se nourrir, se reproduire ou encore se reposer. Agir pour faciliter leur déplacement et préserver la biodiversité sont les objectifs de la Trame verte et bleue. Mais comment, où et avec qui ? Vous le découvrirez dans le MOOC TVB !

Au croisement des enjeux écologiques et d’aménagement du territoire, la Trame verte et bleue est une politique visant à intégrer la biodiversité dans les stratégies d’aménagement et de développement territorial. Pour faciliter son appropriation par le plus grand nombre, l’Office français de la biodiversité propose, dans le cadre du centre de ressources Trame verte et bleue, en lien avec Tela Botanica, le MOOC Trame verte et bleue : une formation en ligne gratuite et accessible à tous."

 

( extrait de la présentation de Tela Botanica )

 

 

 

Frédérique

Lire la suite

l'odeur de la pluie...

7 Octobre 2020, 17:22pm

Publié par Frédérique

l'odeur de la pluie...

Les pluies torrentielles qui sont tombées sur le Haut Pays Niçois, avec des conséquences dramatiques, nous rappellent notre petitesse et notre responsabilité vis à vis des évènements climatiques.

Pourtant, cette pluie, nous l'avons attendue l'été dernier lorsque la terre se desséchait au fil des jours...

Nous guettions la plus petite ondée, le moindre orage qui n'arrivait pas...

Quelle joie, fin septembre, quand, enfin, nous avons de nouveau pu sentir l'odeur de la terre mouillée...

Mais au fait, d'où vient cette odeur ?

l'odeur de la pluie...

Quand la pluie frappe le sol, de petites bulles d'air se trouvent piégées entre le sol et l'eau. Elles grossissent rapidement jusqu'à éclater à la surface des gouttes et libèrent de la géosmine - une substance chimique produite par les actinomycètes ( des bactéries) - qui, combinée au pétrichor*, va produire cette odeur de terre mouillée si particulière...

* Pétrichor: mot créeé en 1964 par Isabel Joy Bear et Roderick G Thomas, géologues australiens, dans leur article: "  « Nature of argillaceous odour » (magazine Nature de mars 1964)."

"Le pétrichor est un liquide huileux sécrété par certaines plantes, puis absorbé par les sols et roches argileux pendant les périodes sèches. Il imbibe également les graines de plantes en période de germination, ce qui permet aux végétaux de mieux supporter les périodes de sécheresse. Cette huile participe à la formation de l'odeur de terre mouillée."

source: Wikipedia

 

l'odeur de la pluie...
l'odeur de la pluie...

Après la pluie, quelques jours ensoleillés ont fait jaillir mousserons, lépiotes et rosés dans les prés, mais dans les bois les représentants du règne fongique sont encore bien absents...

 

Frédérique

Lire la suite

Les champignons...

18 Septembre 2020, 15:34pm

Publié par Frédérique

Les champignons...

Toujours pas de sorties mycologiques, vu la situation actuelle des sous bois...

Profitons en pour nous informer!

Merci à Joel qui nous a communiqué cette superbe vidéo sur le rôle primordial des champignons sur terre

Frédérique

Lire la suite

Le liseron et le sphinx...

11 Septembre 2020, 16:00pm

Publié par Frédérique

 Un matin de la semaine dernière, un papillon de belle taille  - environ 6 cm de long- avait trouvé refuge  sur la table de notre terrasse...papillon de nuit, sans aucun doute...

Le liseron et le sphinx...

Immobile dans son manteau de fourrure, il allait devoir affronter le soleil qui s'annonçait généreux...hop ! un panier retourné lui apporta une ombre bienvenue!

Le liseron et le sphinx...

Après recherche, il s'avéra qu'il s'agissait d'un Sphinx du liseron, Agrius convolvuli, papillon dont l'envergure peut aller jusqu'à 12 cm.

Sphinx du liseron, Agrius convolvuli

Sphinx du liseron, Agrius convolvuli

Comme le Moro sphinx avec qui il partage un vol stationnaire, il est pourvu d'une trompe très longue qui lui permet de butiner les fleurs à corolle profonde comme le liseron, sa plante hôte.

photo: Bild von Stefan Grünig, CH-3752 Wimmis (Benutzer:Sgruenig) — Stefan Grünig http://www.stefangruenig.ch(Wikipedia)

photo: Bild von Stefan Grünig, CH-3752 Wimmis (Benutzer:Sgruenig) — Stefan Grünig http://www.stefangruenig.ch(Wikipedia)

Le liseron! Le jardin n'en manque pas !!!

Il y a d'abord :

le Liseron des haies, Calystegia sepium qui a pris d'assaut les tuteurs de haricots, déployant ses longues tiges volubiles; ce n'est pas grave, c'est la fin des haricots!!!

 Liseron des haies
 Liseron des haies
 Liseron des haies

 Liseron des haies

Lire la suite

Botanique à Echallon et... ornithologie en Dombes

4 Juin 2020, 14:14pm

Publié par Société des Naturalistes du Bugey

Décidément, notre ami Jacques rattrape le temps perdu!

La semaine dernière, à Echallon, il a observé, déjà en fleurs:

Cypripedium calceolus, Sabot de Vénus, plante protégée au niveau national.

Cypripedium calceolus
Cypripedium calceolus
Cypripedium calceolus

Cypripedium calceolus

Nous avons eu plusieurs fois l'occasion de les admirer, en compagnie de nos amis d'Oyonnax, comme l'an dernier, où ils étaient beaucoup plus tardifs (sortie du 22 juin!)

il a vu aussi :

Ophrys aranifera, Ophrys araignée

Ophrys aranifera

Ophrys aranifera

puis, sur sa lancée, il est allé en Dombes observer les oiseaux!

  • Fuligules milouin:
Botanique à Echallon et... ornithologie en Dombes
  • Guifette moustac
Botanique à Echallon et... ornithologie en Dombes
Botanique à Echallon et... ornithologie en Dombes

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 > >>