Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Naturalistes du Bugey

botanique

La Pulmonaire

13 Mars 2014, 10:54am

Publié par Frédérique

Sur les talus,les pulmonaires sont en fleurs.

Chez nous, fleurissent la Pulmonaire officinale, Pulmonaria officinalis, et surtout la Pulmonaire des montagnes, Pulmonaria montana, pas faciles à distinguer l'une de l'autre, puisqu'il faut attendre l'apparition des feuilles estivales, qui n'ont pas la même forme, pour le faire à coup sûr, ou du moins on l'espère!

Pulmonaria vient du latin: pulmonarius, salutaire aux poumons, allusion à ses feuilles maculées de blanc ressemblant au poumon, raison pour laquelle elles ont servi de remède contre les maladies pulmonaires.

La Pulmonaire

Les pulmonaires, Angiospermes (plantes à fleurs ayant un ovaire), pourvues de 2 cotylédons, font partie de la famille des Borraginacées, famille homogène dont les représentants sont facilement reconnaissables.

On peut citer: la Bourrache, la Grande consoude, le Myosotis, la Phacélie, la Vipérine, la petite bourrache ou Omphalodès du printemps...

Les Borraginacées sont des plantes herbacées dans nos régions, à feuilles alternes, rugueuses au toucher du fait de la présence de poils rudes.

La PulmonaireLa Pulmonaire

Les fleurs sont régulières, regroupées en une grappe roulée en crosse avant la floraison.

Chez la Pulmonaire

-la corolle est formée de 5 pétales soudés, d'abord rouges puis virant au bleu-lilas, cette variation de teinte étant due " à des anthocyanes (dissoutes dans le suc vacuolaire) changeant de teinte selon le PH du suc qui varie entre les stades bouton et fleur ouverte ( fleurs versicolores)" **

-5 sépales velus, également soudés en calice, entourent les pétales

-5 étamines insérées sur la corolle alternent avec les lobes de la corolle.

*Anthocyanes: pigments naturels allant du rouge orangé au bleu pourpre

**Les familles de plantes F. Dupont et J.-L. Guignard

Fleurs versicolores des pulmonairesFleurs versicolores des pulmonaires

Fleurs versicolores des pulmonaires

Les fruits sont formés de 2 carpelles, séparés par une fausse cloison. Ils renferment 4 akènes entourant le style.

Quand ils tombent, un tissu charnu placé à leur base attire les fourmis (encore!) qui les emportent...

Le style et le stigmate bien visibles au centre de la fleur

Le style et le stigmate bien visibles au centre de la fleur

"Les insectes visitent de préférence les fleurs rouges, car les bleues, tombant facilement, ne leur permettent guère de se poser, bien que la glande nectarienne continue à fonctionner.

Les fleurs sont hérérostyles: il y a 2 formes d'individus comme chez les primevères: chez les unes, le stigmate, porté par un long style, se présente à l'entrée du tube corollin, les 5 anthères* étant insérées au fond; chez les autres c'est l'inverse: anthères placées haut, style court." **

*anthère: partie terminale de l'étamine renfermant le pollen.

**Fleurs des bois P. Heinz

Lire la suite

Scille à deux feuilles et Jonquille

22 Février 2014, 17:44pm

Publié par Frédérique

Les Scilles à deux feuilles sont en fleurs vers Ambléon...et les "jonquilles" à Belley, dans les jardins bien exposés...

Comme le Perce-neige dont nous avons parlé, ces deux plantes sont des Monocotylédones.

Narcissus pseudonarcissus , le narcisse jaune, narcisse trompette, Jeannette jaune, est souvent appelé: jonquille, à tort semble-t-il, puisque la véritable jonquille, méditerranéenne a des feuilles en forme de jonc et 4 à 6 fleurs jaunes en ombelles, avec une couronne en forme de bague.(voir le lien)

.Son nom vient du grec: narké qui fait référence à son parfum qui endort.

Comme le perce-neige, il fait partie de la famille des Amaryllidacées.

C'est une plante vivace bulbeuse

Scille à deux feuilles et Jonquille

Les feuilles sont linéaires, plates, regroupées par 2 à 5 à la base de la plante et bien sûr, à nervures parallèles.

Scille à deux feuilles et JonquilleScille à deux feuilles et Jonquille

La fleur est composée de 3 pétales et 3 sépales pétaloÏdes jaune clair, difficiles à différencier, souvent appelés: tépales qui sont surmontés d'une paracorolle jaune plus foncé qui prend la forme d'un tube central évasé, dont le contour est dentelé .

Au centre, 6 étamines et 1 style, surmonté de son stigmate, sont visibles.

Scille à deux feuilles et Jonquille

La base de la fleur est entourée d'une bractée blanchâtre membraneuse appelée: spathe.

cliquer sur les photos!cliquer sur les photos!cliquer sur les photos!

cliquer sur les photos!

Le fruit est une capsule charnue à 3 loges contenant de nombreuses graines.

A maturité, les graines tombent au pied de la plante, on dit que la dissémination est barochore.

La cueillette de Narcissus pseudonarcissus est réglementée dans plusieurs départements dont l'Isère, le Doubs, le Jura.

Lire la suite

Fleurettes...

4 Février 2014, 15:37pm

Publié par Frédérique

Sous les noisetiers, les premières fleurettes commencent à s'épanouir...

Les premières véroniques, les véroniques de Perse, Veronica persica, sont les premières de la famille à montrer leurs belles robes bleues.

Veronica persica , famille des Scrophulariacées
Veronica persica , famille des Scrophulariacées

Veronica persica , famille des Scrophulariacées

Primula acaulis, la primevère acaule est présente aussi, émergeant de sa rosette de feuilles gaufrées, vert pâle à revers velu...

Primula acaulis, famille des PrimulacéesPrimula acaulis, famille des Primulacées
Primula acaulis, famille des PrimulacéesPrimula acaulis, famille des Primulacées

Primula acaulis, famille des Primulacées

La violette odorante, Viola odorata, pointe aussi son nez, vivement qu'il y en ait beaucoup, elles feront une (belle) excellente garniture dans les salades!

Viola odorata, famille des Violacées

Viola odorata, famille des Violacées

Quand à la ficaire, Ranunculus ficaria, que certains consomment, je m'en méfie, elle est à utiliser avec parcimonie en raison d'une légère toxicité comme beaucoup de plantes de la famille des Renonculacées.

Fleurettes...
Fleurettes...

Lire la suite

Printemps ???

28 Janvier 2014, 17:33pm

Publié par Société des Naturalistes du Bugey

Avec cet hiver si doux, les noisetiers ont déjà revêtu leur tenue printanière...

Leurs chatons, bien verts et bien fermés depuis l'automne ont commencé à s'allonger et à se teinter de jaune, prêts à libérer leur pollen au moindre souffle de vent...

Comme chaque année, ils sont les premiers à fleurir.

les chatons maintenant et l'automne dernier
les chatons maintenant et l'automne dernier

les chatons maintenant et l'automne dernier

Le noisetier, appelé aussi coudrier ou avelinier, dont le nom latin: Corylus avellana découle du mot grec: Korus*: casque ( allusion à la forme des bractées qui entourent les fruits) et du gallois: aballo* = pomme (allusion à la grosseur des noisettes ou avelines) est présent sur terre depuis des millions d'années, comme l'atteste l'étude de ses pollens et de ses fossiles. Il est commun au bord des ruisseaux et dans les plaines, sauf dans la région méditerranéenne.

Le noisetier est classé dans la famille des Bétulacées, genre: Corylus

.C'est une plante monoïque qui porte à la fois des fleurs mâles et des fleurs femelles dont les inflorescences apparaissent avant les feuilles qui gêneraient la pollinisation.

D'autre part, sur un même arbre, les fleurs mâles s'épanouissent avant les fleurs femelles, ainsi ces dernières ne sont pas fécondées par le pollen du même individu, mais par celui d'un autre plus tardif ( c'est une fécondation croisée par anémophilie, c'est-à-dire par le vent)

*source: observatoire des saisons

chaton de noisetier

chaton de noisetier

Les fleurs mâles naissant longtemps avant les fleurs femelles sont regroupées en chatons jaunâtres, cylindriques, pendants, à écailles obovales trilobées recouvrant 6 à 8 étamines barbues.

écailles des chatonsécailles des chatons

écailles des chatons

Les fleurs femelles, au nombre de 1 à 5, sont peu apparentes, dans un bourgeon écailleux laissant dépasser 2 longs styles rouges.

Printemps ???
Printemps ???
Printemps ???

Après fécondation, les bractées des chatons femelles s'accroissent pour former un involucre charnu à la base, incisé-denté, qui recouvre en partie le fruit.

La noisette est un akène (fruit sec indéhiscent -qui ne peut pas s'ouvrir seul-) dont la paroi est ligneuse, on dit que c'est une nucule.

Les noisettes sont en général regroupées en petites grappes nommées: trochets.

Les racines des noisetiers sont parfois mycorhizées en vue de la production de truffes.

Leur bois est utilisé en vannerie, pour la production de perches, de clôtures...

Leurs branches servaient aux sourciers pour détecter la présence d'eau...

Les qualités culinaires et nutritionnelles de la noisette sont bien connues, on peut signaler des propriétés médicinales*:

L'écorce des jeunes rameaux est astringente et fébrifuge, elle a des vertus anticoagulantes.

L'infusion de feuilles est dépurative et également anticoagulante et fébrifuge

Mauvais point: son pollen est allergène (risque de 3 sur 5) avec un pic en février/mars) !

*F. Lequenne: le jardin de santé

Frédérique

Lire la suite

Dans ma rue... (suite)

21 Janvier 2014, 16:41pm

Publié par Société des Naturalistes du Bugey

Dans ma rue... (suite)

Sur le grand mur, entre 2 pierres, j'ai remarqué un petit arbre en train de pousser... je soupçonne la sittelle qui fréquente les jardins du quartier d'être l'auteur de ce semis clandestin.

Après s'être régalée de la pulpe sucrée du fruit, elle en a sans aucun doute déposé la graine avec ses fientes...et un if est en train de grandir!

sittelle torchepot (photo du Net)

sittelle torchepot (photo du Net)

Dans ma rue... (suite)

Taxus baccata, son nom latin, fait partie de la famille des Taxacées qui comprend une dizaine d'espèces.

C'est le seul Conifère sans résine et sans cône. Il est dioïque, comme l' araucaria et le genévrier: les fleurs mâles et les fleurs femelles sont portées par des plants différents.

Les fleurs mâles, jaunâtres apparaissent en minuscules chatons globuleux (photo), les fleurs femelles, verdâtres ressemblent à des bourgeons

Arbre à croissance très lente (il met 100 ans pour atteindre 8 m.), il pousse dans les pentes ombragées des forêts humides de basse montagne et de plaine et est doté d'une grande longévité;

"1500, 2000, 3000 ans...tels sont les âges que l'on attribue à quelques ifs connus de Normandie ou de Grande Bretagne...Il y eut dans l'Eure un "If chapelle" de plus de 9 mètres de circonférence abritant la statue de Sainte Anne des Ifs...Dans l'Ouest, près de Morlaix la forêt du Beffou abrite quelques uns des plus beaux ifs sauvages de France qui atteignent une douzaine de mètres" ( source: Guide des arbres et des arbustes, Sélection du Reader's Digest)

http://krapooarboricole.wordpress.com/2009/08/16/lif-millenaire-destry-calvados/

L'if d'Estry dans le Calvados présente un tronc de 11,5 m. de circonférence, il est haut de 15 m.Son âge est estimé à 1600 ans, il est creux et 15 personnes peuvent s'y tenir!

L'if d'Estry dans le Calvados présente un tronc de 11,5 m. de circonférence, il est haut de 15 m.Son âge est estimé à 1600 ans, il est creux et 15 personnes peuvent s'y tenir!

Dans ma rue... (suite)

Il fait partie des Gymnospermes ( du grec: gumnos: nu et sperma: graine) : plantes à graines nues non enfermées dans un organe clos; plantes ligneuses ayant des feuilles en forme d'aiguilles ou d'écailles dont les graines sont contenues dans une fausse baie ou portées par un cône.

Son feuillage est persistant, ses feuilles en forme d'aiguilles aplaties, non piquantes, molles et souples sont terminées par une petite pointe (un mucron)

Son bois, brun-rouge, très dense, imputrescible, flexible, homogène, quasiment inaltérable l'a fait utiliser pour la fabrication de sarcophages et pour les arcs et les flèches que l'on enduisait de sève toxique.

Teinté en noir, il ressemble à l'ébène et a été beaucoup utilisé autrefois en ébénisterie et en marqueterie, si bien que son usage trop intensif l'a pratiquement éradiqué des campagnes et des forêts.

Le fruit mûr , une arille, du latin: arillus - grain de raisin- ne comporte qu' 1 ou 2 graines fertiles dont le tégument s'entoure à maturité d'une excroissance charnue ouverte à son extrémité. D'un beau rouge vif, c'est la seule partie de la plante qui ne soit pas toxique.La pulpe de l'arille est sucrée, appréciée des oiseaux (grives et sittelles surtout), le suc frais est diurétique et laxatif.

Dans ma rue... (suite)
Dans ma rue... (suite)

Le bois, l'écorce, les feuilles et les graines de l'if sont fortement toxiques:

ils contiennent des diterpènes complexes, de la taxine, poison paralysant, foudroyant à haute dose et des traces d'éphédrine. Deux ou trois graines mâchées sont mortelles pour un enfant, de même qu'une décoction préparée avec seulement 50 g. de feuilles. Les empoisonnements par mastication sont fréquents chez les animaux: chevaux, ânes, mulets et moutons y sont extrêmement sensibles.

Mais bien maîtrisée cette sève toxique est bénéfique." Il y a une cinquantaine d'années furent découvertes les propriétés anti-tumorales du "Taxol" extrait initialement de l'écorce de l'if du pacifique. Puis les recherches se sont orientées vers son feuillage dont furent extraites différentes molécules anti-tumorales intéressantes contre les cancers du sein, des ovaires et des poumons. Celles-ci sont produites par synthèse à présent. Les vertus parasiticides du taxol entent également dans la lutte contre l'anophèle, moustique transmetteur du paludisme." source: "Sauvages et toxiques EDISUD"

Sa longévité lui a fait prêter dès l'Antiquité des liens avec le monde des morts et il est symbole d'immortalité: en témoigne le dieu gaulois Ivos ( d'où vient le mot: if) et sa présence ancienne au pied des menhirs, dans les cimetières et près des églises..

N'oublions pas son emploi dans les parcs et les jardins où il est souvent planté car il se prête bien à la taille.

Quand au petit arbre, j'ai bien peur qu'il n'ait pas une grande longévité!

Frédérique

(Photos personnelles et prises sur le Net)

Lire la suite

championnes toutes catégories!

18 Décembre 2013, 18:19pm

Publié par Société des Naturalistes du Bugey

Celles-ci ont bien résisté à la neige, moins bien au gel qui a suivi, mais quelle santé!!! On les reverra au printemps prochain!

championnes toutes catégories!

Tout le long de la rue des pissenlits, Taraxacum officinale, se sont semés au pied des vieux murs accompagnés par quelques membres de leur famille:

vergerette annuelle: Erigeron annuus; vergerette du Canada: Conyza canadensis et pâquerette: Bellis perennis...

Ces plantes très communes font partie de la très importante famille des Astéracées (autrefois nommées Composées).

Chaque "fleur" est en réalité un ensemble de fleurs minuscules réunies en capitules sur un réceptacle floral commun, le super-marché des butineuses en quelque sorte qui trouvent ainsi une grande quantité de nectar et de pollen mis à leur disposition...

championnes toutes catégories!

Le pissenlit, dont les feuilles profondément dentées lui ont valu le nom de "dent-de-lion" a des fleurs toutes ligulées (les ligules étant des fleurs transformées dont les dents sont le souvenir de pétales soudés).

Il est pourvu d'un appareil sécréteur laticifère: lorsqu'on brise sa tige, il s'exsude un suc blanchâtre apparenté au latex d'hévéa (pendant la dernière guerre, les Russes ont extrait du caoutchouc à partir de certains pissenlits)

championnes toutes catégories!

Les fruits du pissenlit ( des akènes), comme ceux des vergerettes, sont surmontés à maturité d'une arête terminée par une aigrette (le pappus).

* "Les vents les cueillent sur le réceptacle où ils sont rassemblés en boules magiques divinatoires (on les appelle "chandelle", "bonne nouvelle", "horloge", et ils apprennent à la jeune fille qui les disperse de son souffle combien d'années la séparent du mariage: autant de fois doit-elle souffler, autant d'années languira-t-elle; si les fruits montent, le mariage sera heureux; s'ils descendent, mieux vaut recommencer par un jour de bon vent). Et il ne reste bientôt plus qu'une petite tête rasée qui vaut encore à la fleur passée le nom bien expressif de "tête de moine".

On ne sera pas étonné d'apprendre que le pissenlit est diurétique et dépuratif...

*P. Lieutaghi: le livre des bonnes herbes

Vergerette annuelle

Vergerette annuelle

La vergerette annuelle, originaire d'Amérique du nord, tout comme la vergerette du Canada, est maintenant considérée comme plante invasive.

La tradition veut que les "vergerettes" portent ce nom parce que certaines de ces plantes servaient autrefois de verges (fouets) pour punir les enfants.

Lorsque l'on froisse la vergerette du Canada, celle-ci dégage une odeur particulière (huile essentielle contenant des terpènes, de la citronnelle et des flavonoÏdes..) qui selon une tradition ancienne aurait la propriété d'éloigner les sorcières.

Erigeron du Canada ou vergerette du Canada
Erigeron du Canada ou vergerette du Canada
Erigeron du Canada ou vergerette du Canada

Erigeron du Canada ou vergerette du Canada

Lire la suite

La cymbalaire des murailles

4 Décembre 2013, 18:30pm

Publié par Société des Naturalistes du Bugey

ou linaire cymbalaire ou encore: ruine-de-Rome!

Elle a résisté non seulement à la neige, mais aussi au gel de ces derniers jours, il faut dire qu'elle est bien abritée...

Du latin: Cymba: nacelle, allusion à la forme concave de ses feuilles et Muralis: murs.

Son nom suggère qu'elle serait capable de provoquer l'effondrement de vieux murs...il n'en est rien, mais on constate qu'elle tapisse fréquemment les murs et les lieux rocheux- de préférence calcaires- de touffes aux feuilles arrondies et luisantes et aux petites fleurs lilas à violet qui ont une corolle à 2 lèvres, la supérieure bilobée, l'inférieure trilobée et dont la gorge présente 2 macules jaunes.

Cymbalaria muralis
Cymbalaria muralis

Cymbalaria muralis

A l'arrière de la fleur, un éperon nectarifère attire fourmis et insectes qui participent ainsi à la pollinisation de la belle...

La cymbalaire des murailles

Elle appartient à la famille des Scrophulariacées, comme le muflier ou la linaire, à laquelle elle ressemble beaucoup.

Linaria alpina

Linaria alpina

Son fruit est une capsule ronde contenant des graines marquées de crêtes sinueuses. Après la floraison, le pédoncule se recourbe et s'allonge - phénomène appelé accrescence - pour que la capsule s'introduise dans les interstices des pierres...pas besoin de jardinier pour la semer!

Lire la suite

Elles sont encore en fleurs fin novembre...

29 Novembre 2013, 17:18pm

Publié par Société des Naturalistes du Bugey

Ces "sauvages de ma rue" -une rue entre ville et campagne - ont résisté aux premières neiges de la saison ... Voici d'abord la chélidoine, encore appelée: grande éclaire ou herbe-aux-verrues. C'est une plante de la famille des Papavéracées, comme le pavot ou le coquelicot.

Plante facile à reconnaître, ne serait-ce que par ses tiges d'un vert bleuâtre qui laissent apparaître un suc jaune à la moindre cassure et ses fleurs jaune vif à 4 pétales.

Son nom vient du mot grec: Kelidôn qui signifie: hirondelle. On raconte que les hirondelles appliquaient un brin de ces feuilles sur les paupières de leurs petits pour ouvrir et désinfecter leurs yeux ...

Pierre Lieutaghi, Dans "Le Livre des Bonnes Herbes", nous rappelle que:" Dioscoride dit aussi qu'elle se montre quand l'hirondelle parait et qu'elle périt au moment de son départ " ,ce qui ne se vérifie pas cette année ...adaptation à un climat qui se réchauffe?

C'est une plante dont les propriétés médicinales sont connues depuis l'Antiquité, mais qu'il faut manier avec précaution car elle devient vite toxique ... on peut l'utiliser avec succès pour faire disparaître les verrues: on y dépose 2 ou 3 fois par jour 1 goutte de suc, en évitant de toucher les tissus sains.

Frédérique











Chelidonium majus

Chelidonium majus

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6