Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Naturalistes du Bugey

Articles avec #botanique

devinette (3 ) :la solution

25 Avril 2017, 17:05pm

Publié par Frédérique

devinette (3 ) :la solution

Il s'agissait bien de Laurus nobilis, le Laurier sauce, bravo Philippe !

Indispensable à l'art culinaire ( l'un des ingrédients du "bouquet garni"), on le trouve dans de nombreux jardins...

Les fleurs, blanchâtres, groupées par 4 à 5 en petites ombelles, apparaissent en mars-avril. C'est une plante dioïque : les fleurs mâles et femelles sont sur des pieds séparés.

les fleurs mâles ont 8-12 étamines pourvues de 2 appendices nectarifères à la base et d’anthères s’ouvrant par un clapet ; les fleurs femelles ont un ovaire supère surmonté d’un style court et épais entouré de 2 à 4 staminodes (étamines stériles)

Le fruit est une petite drupe ovoïde, noir violacé et nue.

devinette (3 ) :la solution

Histoire et mythologie

Le laurier est le symbole d'Apollon. Selon OvideDaphné nymphe de la mythologie grecque, qui fut le premier amour d'Apollon, le fuyait et allait, après une longue poursuite, être attrapée, quand, au dernier moment, son père, le dieu fleuve Pénée, la métamorphosa en laurier. Dès lors, Apollon en fit son arbre et le consacra aux triomphes, aux chants et aux poèmes.

Chez les Grecs et les Romains anciens, l'usage était établi de couronner de laurier les poètes et les vainqueurs.

Au Moyen Âge, on couronnait de laurier les savants distingués dans les universités. Dans les écoles de médecine, la couronne dont on entourait la tête des jeunes docteurs était faite de rameaux feuillés de laurier avec des baies, d'où le nom « baccalauréat » (bacca laurea : baie de laurier) donné encore de nos jours en France au diplôme qui sanctionne la fin des études secondaires.

Le laurier est encore, avec l'olivier, un symbole de paix.

sources: Wikipedia, Belles fleurs de France, Guide des arbres er arbustes (Sélection du Reader's Digest

Devinette (3)

22 Avril 2017, 17:02pm

Publié par Frédérique

Devinette (3)

Il y avait longtemps que je ne vous avais pas présenté de devinette...Nane va être contente !!!

Voici donc une floraison du moment, que l'on ne remarque guère, et qui, pourtant, en vaut la peine !

Un indice: 

ce sont les fleurs d'un grand arbuste qui peut devenir un arbre de 5 mètres de haut; il est d'origine méditerranéenne...

Devinette (3)

C'est ???

Dans le gène, y'a pas d'plaisir ...

29 Mars 2017, 17:25pm

Publié par Frédérique

... pour le botaniste amateur qui doit s'adapter bon gré, mal gré, au chamboulement intervenu au sein des familles de plantes !

Mais, pour le chercheur,

c'est pur bonheur !

En effet, jusqu'à il y a peu, les plantes supérieures dites angiospermes étaient classées selon des critères morphologiques (Cronquist, 1981),  deux grandes classes distinguaient les monocotylédones ( un seul cotylédon dans la graine), par exemple chez les Liliacées, Orchidacées, Poacées (graminées) et et les dicotylédones, plantes à fleurs pourvues de deux cotylédons comme chez le haricot ou la plupart des fleurs sauvages de nos prairies....

    Depuis ces dernières années, une nouvelle classification basée sur la phylogénie moléculaire*  a été proposée par l'APG (Angiosperm Phylogenetic Group) . Cette classification repose sur la comparaison de séquences d'ADN et est de plus en plus utilisée. Elle a fait l'objet de deux mises à jour (APG II en 2003 et APG III en 2009).

Elle conduit parfois à des regroupements différents des classifications précédentes (par exemple, le genre Veronica appartient aux Plantaginaceae dans la classification APG et aux Scrophulariaceae dans celle de Cronquist,...).

*La phylogénie caractérise la filiation des espèces au cours de l'évolution et, par extension, les relations de parenté entre espèces.

© Michael W. Frohlich

© Michael W. Frohlich

Mais les gènes n'ont pas encore livré tous leurs secrets...et il reste une grande question :

d'où viennent les fleurs ?

Comment est-on passé des Gymnospermes à mode de reproduction rudimentaire, à la fleur qui présente plusieurs innovations ?

" Très récemment, des chercheurs du CNRS/Inra/CEA/Université Grenoble Alpes), en collaboration avec le laboratoire Reproduction et développement des plantes (CNRS/ENS de Lyon/Inra/Université Claude Bernard Lyon 1) et les Jardins de Kew (Royaume-Uni) ont fait un pas de plus pour résoudre ce mystère: pour ce faire, ils ont étudié une plante gymnosperme (plante à ovules nus, comme les conifères) qui peut vivre plus d'un millénaire et pousse dans les conditions extrêmes des déserts de Namibie et d'Angola: Welwitschia mirabilis

chez cette plante (ainsi que chez certains conifères), les chercheurs ont trouvé des gènes similaires à ceux responsables de la formation des fleurs, et organisés selon la même hiérarchie

Le fait de trouver une cascade de gènes similaire chez les plantes à fleurs et leurs cousins gymnospermes indique qu'il s'agit là d'un héritage de leur ancêtre commun, et donc, ce mécanisme n'a pas eu à être inventé au moment de l'origine de la fleur : il a simplement été hérité et réutilisé par la plante, un processus souvent à l'œuvre dans l'évolution. "

pour plus de précisions, voir le communiqué de presse du CNRS:

http://www2.cnrs.fr/presse/communique/4889.htm

© Michael W. Frohlich

© Michael W. Frohlich

devinette 2, solution

10 Mars 2017, 14:04pm

Publié par Frédérique

chatons couverts de givre, en janvier, photo: Frédérique

chatons couverts de givre, en janvier, photo: Frédérique

Avec le deuxième indice, il était facile de trouver ce que représentait la 2 ème photo mystère...

il s'agissait en effet de chatons de Noisetier, Corylus avellana fortement grossis;  jaunâtres, cylindriques, pendants, à écailles obovales trilobées recouvrant 6 à 8 étamines barbues en train de libérer leur pollen au moindre souffle de vent...

Le noisetier avait déjà fait l'objet d'un article en janvier 2014: 

voir:

http://naturalistesdubugey.over-blog.com/2014/01/printemps.html

 

photo: Frédérique

photo: Frédérique

Pour compléter cette publication, un peu d'histoire !

Remontons le temps jusqu'au Néolithique...A cette époque, les fruits sauvages capables de subvenir aux besoins de l'alimentation humaine étaient rares en nos contrées...

"" Les peuplades néolithiques qui associèrent longtemps la cueillette à leur ébauche d'agriculture, ne connaissaient d'autres fruits secs, susceptibles d'être conservés pendant l'hiver, que la noisette et la faîne du Hêtre, puisque le Châtaignier ne fut planté que tardivement au nord de son aire naturelle, puisque le Noyer paraît n'avoir été introduit qu'à l'âge du fer. 

Des sondages et des fouilles entrepris sous la direction du professeur F. Bourdier, en 1955, dans les sédiments du lac de Chalain, à 18 km à l'est de Lons-le-Saunier (Jura), où une vaste cité lacustre avait été découverte en 1904, livrèrent, dans le niveau archéologique le plus ancien, succédant à la phase du Sapin (vers 2500 avant J.-C.), un pourcentage extrêmement important  de pollens de Noisetier.

 

Découverte de la pirogue de Chalain en 1904 ( Bronze final, 1000 av. J.C. ) photo: Wikipedia

Découverte de la pirogue de Chalain en 1904 ( Bronze final, 1000 av. J.C. ) photo: Wikipedia

"Il est probable que l'homme des cités lacustres a favorisé le développement du Noisetier au voisinage de ses habitations, car les noisettes constituent de véritables lits dans les niveaux d'habitat et elles devaient entrer, pour une part notable, dans l'alimentation" (F. Bourdier, Le bassin du Rhône au Quaternaire ).

Les noisettes ne sont pas moins nombreuses dans les palafittes du lac d'Annecy (âge du cuivre) et du lac du Bourget (Bronze final)""

Pierre Lieutaghi, le livre des Arbres, Arbustes et Arbrisseaux

Apprécié par les Grecs et les Latins, aliment précieux en cas de disette, la noisette est restée jusqu'à nos jours l'un des fruits sauvages européens les plus recherchés...

mais jusqu'à quand ???

 

photo: Frédérique

photo: Frédérique

en effet:

"en raison du réchauffement climatique, le front de la limite forestière est en train de grignoter petit à petit les pentes enneigées en remontant vers les cimes. Les arbres poussent désormais plus haut et la forêt s’installe dans des secteurs où il n’y en avait pas. 

Autres conséquences du réchauffement : des espèces d’arbres vont migrer et d’autres disparaître. Ceux qui poussaient plus au sud vont peu à peu remonter vers le nord pour pousser dans des zones plus froides et à plus haute altitude, au détriment des résineux, comme les sapins

. « Dans les montagnes du nord, les hêtres sont en train de prendre le dessus sur les sapins qui disparaissent petit à petit »

Dans le sud, certaines espèces d’arbre sont déjà en train de disparaître, « c’est le cas du noisetier, explique Frédéric Berger*, on peut s’attendre dans un siècle ou deux à sa disparition complète. »

*: ingénieur de recherche en sciences forestières à l' IRSTEA

extrait d'un article de Tatiana LISSITZKY paru dans le journal: Ouest- France

 

 

Devinette (2)...( voir les indices en fin de page )

28 Février 2017, 17:47pm

Publié par frédérique

Devinette (2)...( voir les indices en fin de page )

Cette fois, ce n'est pas une plante protégée...elle est très commune...

Qui trouvera son identité ???

photo très grossie

photo très grossie

Un indice:

il faut lever la tête pour les voir!

 

Deuxième indice:

fleurs mâles et fleurs femelles sont sur une même branche...leur fruit est un régal pour les écureuils !

couleurs d'hiver

20 Décembre 2016, 16:55pm

Publié par Frédérique

Le beau temps persistant est une invite à poursuivre les promenades en forêt...

Cette semaine: direction Poirin, sur la commune de Marignieu, où, dans une forêt claire traversée par "la voie romaine", ancienne route rectiligne qui relie Marignieu à Ceyzérieu, on peut admirer une chapelle située dans une clairière où se déroule chaque année une messe en plein-air.

Voici ce qu'en dit Michel Bigoni :

http://www.ballad-et-vous.fr/la-chapelle-de-poirin-entre-foi-et-mystere/

"L’histoire de cette chapelle remonte bien loin dans le temps, on dit qu’elle fut construite au Moyen-âge par les sœurs du couvent de Bons, qu’elle reçut au XVIIè siècle la visite de François de Salles, puis qu’elle fut détruite à la révolution. Les marques d’attachement ne cessèrent pourtant pas jusqu’à ce qu’un abri de fortune au toit de chaume abrite en 1824 une vierge noire, mais style Renaissance, provenant d’une ancienne porte de Belley. Cinq ans plus tard sous l’impulsion d’un vicaire de Ceyzérieu, les habitants de la commune reconstruisirent la chapelle que l’on peut voir aujourd’hui.

 

couleurs d'hiver

  Une stèle près de l’autel de pierre où la messe se déroule, a été dressée par quelques rescapés de la seconde guerre mondiale pour remercier la Vierge du lieu de les avoir protégés. On prétend que des guérisons ont été attribuées à celles-ci de tout temps.

couleurs d'hiver

Derrière le bâtiment se dresse un calvaire de pierres jointes élevé au 19è siècle.

Toujours est-il que ce lieu continu à exercer un attrait spirituel mystérieux.

  On dit qu’une source près de la chapelle apparaît avant chaque grande guerre… Il se peut également qu’une vierge noire au Moyen-âge ait précédé celle provenant de Belley qui ne serait qu’un substitut malgré sa grande beauté. D’autres chercheurs avancent l’idée que la chapelle serait construite sur un ancien tumulus. Il a été trouvé en 1973, une bombe volcanique, malheureusement égarée aujourd’hui, enchâssée dans la faille d’un rocher à deux pas de la chapelle. Ce lieu pourrait remonter aux temps celtiques où déjà des rituels liés aux croyances de ce temps-là se seraient déroulés.

Poirin et sa Vierge restent le symbole de l’attachement de beaucoup à ces lieux perdus dans la nature où se perpétue l’appel inexplicable du sacré."

 

Nous pénétrons dans le bois par un large chemin. 

Très vite, notre attention est attirée par un buisson de Fusain d'Europe, Euonymus europaea, sans feuilles, mais encore décoré de ses capsules rose violacé, qui ont perdu, hélas leurs belles graines orangées..;

 

couleurs d'hiver
couleurs d'hiver
couleurs d'hiver

Ce petit bois clair est composé essentiellement de chênes et de charmes dont certains sont encore ornés des grappes pendantes de leurs fruits desséchés...

voir:

http://naturalistesdubugey.over-blog.com/2016/11/feuilles-d-automne-2.html

couleurs d'hiver
couleurs d'hiver

Dans cette ambiance terne, quelques taches de vert sombre...

celles des arbres et arbustes à feuillage persistant.

Leurs feuilles sont souvent petites, coriaces, souvent vernissées, résistantes au gel et à la sécheresse. 

peu fragiles et évaporant peu d'eau, elles peuvent passer l'hiver en maintenant un flux de sève réduit. Cette sève s'épaissit en hiver et se concentre en minéraux (potassium notamment) et en sucres. Ces substances agissent comme un antigel...plus ou moins efficace selon les espèces.

buis

buis

A l'orée du bois, quelques buissons de buis qui ont été épargnés par la pyrale...

http://naturalistesdubugey.over-blog.com/search/pyrale%20du%20buis/

Plus loin, des touffes éparses de Fragon, Ruscus aculeatus, que l'on appelle également "petit houx" dressent leurs curieuses tlges raides chargées de "feuilles" terminées par une pointe piquante.

En réalité, ces "feuilles" sont des rameaux très aplatis, appelés: cladodes, sur lesquelles apparaissent, insérées en leur centre, des petites fleurs verdâtres qui donnent sur les pieds femelles (l'espèce est dioïque ) de jolies baies globuleuses rouge vif, semblant se trouver sous le cladode par rotation de celui-ci.

couleurs d'hiver

Dans la forêt de Rothonne, il forme par endroit des tapis denses et griffants où l'on a, comme ici, bien de la peine à trouver encore des baies...

fragon à Rothonne

fragon à Rothonne

un seul rameau porteur de baies !

un seul rameau porteur de baies !

une baie et à gauche, une fleur en bouton

une baie et à gauche, une fleur en bouton

fragon, en bas, à gauche, fleur déjà épanouie

fragon, en bas, à gauche, fleur déjà épanouie

Autre arbrisseau à feuillage persistant: le Daphné lauréole, Daphne laureola luit dans la douce clarté

daphné lauréole

daphné lauréole

Un genévrier, Juniperus communis, nous menace de ses aiguilles acérées...

couleurs d'hiver

Et puis, voici du Houx, Ilex aquifolium, avec son joli feuillage vernissé, hélas, lui aussi a perdu ses jolies boules vermillon...

couleurs d'hiver

« En décembre, dans les forêts brumeuses, le houx seul s'est paré pour la renaissance du soleil au solstice le plus pâle. Ferme dans sa cotte plus verte et plus solide de trancher sur la foule triste des arbres en haillons, riche de ses pendeloques vermeilles, il attend, roi mage des grands bois, se lever l'étoile de Noël. 

Cette joyeuse vaillance lui vaut, dans toute l'Europe, chez les paysans, une excellente réputation: c'est l'arbuste bénéfique, redouté par les esprits mauvais, les sorcières et les jeteurs de sorts...» **

** P. Lieutaghi  ( le livre des arbres, arbustes et arbrisseaux )

"La tradition d'en orner les maisons au solstice d'hiver est très ancienne. Il est dit que la foudre ne tombe jamais sur un houx. En Espagne autrefois, les jeunes filles interrogeaient le destin en décomptant les épines d'une feuille de houx et en répétant: " fille, femme, veuve, religieuse ", la dernière épine donnant la réponse .." *

* Sauvages et toxiques EDISUD


 

houx du jardin, avant le passage des oiseaux !

houx du jardin, avant le passage des oiseaux !

Les fruits du houx sont des drupes (comme la cerise ) qui contiennent 4 noyaux enserrant une graine lignifiée. Régal pour grives et merles, il peut constituer  un bon abri pour les oiseaux. Juste retour des choses, car on tirait de son écorce interne verte, dite seconde écorce, de la glu pour une pratique aujourd'hui interdite: la chasse aux gluaux dont étaient victimes les passereaux...

Son usage médicinal traditionnel est remis en question...

en ces temps de Noël, nous ne retiendrons que son côté ornemental

et nous dirons, avec  Charles Frémine:

Courez à la forêt prochaine,

Courez à l'enclos des fermiers;

Coupez le gui sur le grand chêne,

Coupez le gui sur les pommiers!

Coupez le gui! Coupez le houx!

Feuillage vert, feuillage roux;

Mariez leurs branches!

Perles rouges et perles blanches.

Coupez le gui! Coupez le houx!

C'est la Noël! Fleurissez-vous.

Chassez les grives et les merles,

Chassez la mésange au dos bleu

Du gui dont les fleurs sont des perles,

Du houx dont les fleurs sont du feu!

Pour en savoir plus sur le houx, voir cette publication de l'ENS de Lyon (département de Biologie )

http://biologie.ens-lyon.fr/ressources/Biodiversite/Documents/la-plante-du-mois/le-houx-une-plante-de-noel/le-houx-une-plante-de-noel

 

      Joyeux Noël chers lecteurs !

 

feuilles d'automne (2)

11 Décembre 2016, 18:38pm

Publié par Frédérique

Automne

...............................................................

Les feuilles dans le vent courent comme des folles ;

Elle voudraient aller où les oiseaux s'envolent,

Mais le vent les reprend et barre leur chemin :

Elles iront mourir sur les étangs, demain. 

................................................................................

Anna de Noailles ( "Le Cœur innombrable" , extrait) 

Fin novembre, un épais tapis de feuilles recouvre sous-bois et chemins...

elles ont perdu leurs couleurs éclatantes, désormais, c'est le brun qui domine...

feuilles d'automne (2)
feuilles d'automne (2)

Quand on a omis de lever la tête pour regarder la composition des taillis, il  suffit  à présent de regarder le sol pour faire des découvertes:

-c'est ainsi que dans la forêt communale de Rothonne, où nous allons souvent  à la recherche de champignons, les plantations de chênes sont importantes:

feuilles d'automne (2)

mêlées parfois de châtaigniers et de hêtres...

feuilles d'automne (2)

on a des surprises aussi, telle cette feuille de chêne rouge, Quercus rubra, avec ses lobes à pointes aigües dirigés vers l'avant, indiquant la présence de ce bel arbre.

Dans une autre partie du bois, ils ont été plantés en nombre

une feuille de chêne rouge aux lobes pointus

une feuille de chêne rouge aux lobes pointus

les arbres sont nus...

seuls quelques irréductibles ( non ! pas des Gaulois, on n'est pas dans Astérix ! ) non conformistes, jeunes sujets le plus souvent, refusent de se dévêtir...ils se nomment:

chêne, charme, hêtre...

leurs feuilles jaunissent, sèchent mais restent sur l'arbre tout l'hiver.

 

 

  • Les chênes, Quercus robur, chêne pédonculé et Quercus petraea, chêne sessile ou noir, faciles à reconnaître grâce à leurs feuilles munies de  lobes obtus...mais pas toujours faciles à distinguer l'un de l'autre !
chêne
chêne

chêne

chêne

chêne

  • Le charme, Carpinus betulus, utilisé pour constituer des haies semi-persistantes: "les charmilles"

Les feuilles des charmes sont entières, ovales-oblongues et doublement dentées... ce qui les distingue aisément de celles du hêtre qui ne sont pas, ou faiblement dentées et ciliées-soyeuses à l'état jeune.

( Pour les reconnaître, j'utilise cette petite phrase:

"le charme d'Adam, c'est d'être à poil !!!"            charme à dents, hêtre à poils ...)

 

charmille et feuilles de charme
charmille et feuilles de charme

charmille et feuilles de charme

feuilles d'automne (2)

Ci-dessus, une petite section de charmes dans la forêt, trahie par la présence de nombreuses bractées foliacées trilobées, maigres restes des belles grappes de chatons femelles renfermant les akènes...

restes de bractées de charme, présence d'une feuille d'érable plane

restes de bractées de charme, présence d'une feuille d'érable plane

  • Le hêtre, Fagus sylvatica, à feuilles elliptiques ou ovales, entières et, on l'a déjà dit, pas ou faiblement dentées
hêtre
hêtre

hêtre

 

On dit que ces arbres ont un feuillage marcescent, du latinmarcescentem, participe présent de: marcescer: se flétrir

 En effet, ces essences ne forment pas de zone d’abscission* mais un tissu appelé thylle**, c’est-à-dire un amas de cellules qui prolifèrent et finissent par empêcher la circulation de la sève. Les hormones végétales n’atteignent alors plus les pétioles. Les feuilles restent généralement sur l’arbre jusqu’au débourrement (lorsque les nouvelles feuilles apparaissent )

* voir: http://naturalistesdubugey.over-blog.com/2016/11/la-feuille-d-automne.html

**Ces "thylles" se forment couramment dans le bois, par exemple, dans le cas d’une blessure (section d’un organe), les thylles semblent avoir un rôle protecteur, ils obstruent l’ouverture des vaisseaux, formant ainsi une barrière contre les infections parasitiques ou saprophytiques. *

*http://docnum.univ-lorraine.fr/public/SCD_T_2010_0059_GHAZIL.pdf

feuilles d'automne (2)

Les arbres, plus ou moins dénudés, nous rappellent la venue imminente des frimas de l'hiver, même si cette année, un anticyclone nous permet de bénéficier d'une fin d'automne ensoleillée...

dans quelques temps, nous dirons peut-être comme  Victor Hugo: 

                                  ....................................................................................

Vois, cette branche est rude, elle est noire, et la nue 
Verse la pluie à flots sur son écorce nue ; 
Mais attends que l'hiver s'en aille, et tu vas voir 

Une feuille percer ces noeuds si durs pour elle, 
Et tu demanderas comment un bourgeon frêle 
Peut, si tendre et si vert, jaillir de ce bois noir...

(Recueil : Les feuilles d'automne (1831).)

 

 

La feuille d'automne...

19 Novembre 2016, 17:50pm

Publié par Frédérique

La feuille d'automne...

".... La feuille d'automne

emportée par le vent

en ronde monotone,

tombe en tourbillonnant..." (colchiques dans les prés...)

Peut-être avez vous chanté cette ritournelle autrefois ?

...Nostalgie des jours enfuis, nostalgie des beaux jours !!!

Matins brumeux, nuits fraîches, soleil rasant, mésanges et rouge-gorge qui se rapprochent de la maison...

 

chaque année, un rouge-gorge vient quémander des miettes de noix, est-ce le même ???

chaque année, un rouge-gorge vient quémander des miettes de noix, est-ce le même ???

odeur d'humus dans les sous-bois...

arbres flamboyants, tapis colorés...

Sans bruit, la Nature se prépare à l'hiver...

La feuille d'automne...
La feuille d'automne...
La feuille d'automne...

C'est grâce à la coloration automnale que de nombreux feuillus vont se préparer à la saison froide où les sols gelés ne permettront plus aux racines de puiser l'eau nécessaire à leur survie...or, les feuilles, par l'intermédiaire de leurs stomates (petits orifices sur leur face inférieure qui s'ouvrent ou se ferment selon la nécessité ) laissent évaporer beaucoup d'eau...

L'arbre devra donc se débarrasser de son feuillage...

 

La feuille d'automne...

Dès que les jours raccourcissent et que la température diminue, les hormones végétales (phytohormones) vont provoquer le changement de couleur des feuilles.

  • La chlorophylle, pigment vert, indispensable pour la photosynthèse devient inutile lorsque la luminosité diminue. privée d'eau peu à peu, elle se dégrade tandis que le sucre élaboré par les feuilles s'accumule.

Dominante au printemps et en été, elle masque les autres pigments qui deviennent visibles lorsqu'elle disparaît. La feuille prend alors des teintes: jaune, rouge ... selon les pigments majoritaires

  • les caroténoïdes (jaune-orange) sont révélés ( ce sont eux qui donnent leur couleur aux végétaux oranges: carottes, courges, jonquilles ...)
La feuille d'automne...
La feuille d'automne...
amélanchier
amélanchier

amélanchier

arbre à perruque
arbre à perruque

arbre à perruque

  • les xanthophylles ( jaunes) apparaissent également...
tilleul à petites feuilles

tilleul à petites feuilles

La feuille d'automne...
érable champêtre
érable champêtre

érable champêtre

  • les anthocyanes (pigments: rouge, violet, bleu ) sont produits pendant cette phase de transition.​​​​ Le pigment change de couleur selon l'acidité du milieu: en sol acide il est rouge vif, en sol alcalin, il tourne au violet.

Les nuits fraîches suivies de jours ensoleillés et secs favorisent la formation des anthocyanes.

feuille de tremble

 

feuille de tremble

liquidambar

liquidambar

cornouiller sanguin

cornouiller sanguin

viorne lantane

viorne lantane

cerisier à fleurs

cerisier à fleurs

Parallèlement à ce changement de couleur, la plante va stocker des éléments minéraux (phosphore, fer, potassium, azote) et la précieuse chlorophylle dans le tronc, les branches ou les racines jusqu'au printemps suivant...

Une couche de cellules , dite d'abscission, située à la base des pétioles se met à produire du liège et obstrue peu à peu les canaux où circule la sève; 

Lorsque tous les éléments nutritifs sont stockés, le pétiole se brise dans cette "zone d'abscission" et le moindre souffle de vent fera s'envoler la feuille...  en laissant une cicatrice sur les rameaux. A la base de cette cicatrice, un bourgeon avec, bien à l'abri dans ses écailles, la pousse future.

 

 

cicatrice fraîche et bourgeon sur érable

cicatrice fraîche et bourgeon sur érable

Contrairement à la croyance populaire qui veut qu'une forte gelée contribue à augmenter l'abondance et l'intensité des couleurs, le froid provoque plutôt la mort des feuilles qui prennent alors un ton de brun terne et ne tardent pas à tomber.

 

 

les feuilles du haut que la sève atteint plus difficilement tombent en premier les feuilles du haut que la sève atteint plus difficilement tombent en premier

les feuilles du haut que la sève atteint plus difficilement tombent en premier

Les feuilles mortes contenant encore des quantités importantes d'azote, magnésium, potassium, phosphore, soufre, fer, vont constituer une couche plus ou moins épaisse sous les arbres, protégeant le sol du gel intense ou de la sécheresse, avant de se décomposer et enrichir l'humus de la forêt.

La feuille d'automne...
La feuille d'automne...
La feuille d'automne...

 

Les fruits mûrs tombés à l'automne vont passer l'hiver bien à l'abri sous le matelas de feuilles avant de germer au printemps. Sur les branches bourgeons et châtons préparent en secret leurs futures éclosions...

" L'automne est le printemps de l'hiver"

Henri de Toulouse Lautrec

les châtons de noisetier sont déjà bien formés en novembre

les châtons de noisetier sont déjà bien formés en novembre

sources:

agrireseau.net/erable/documents/coloration.pdf

gerbeaud.com

http://www.waldwissen.net/

Guide des arbres et arbustes, Sélection de Reader's Digest

 

à suivre !

Ornithogale en ombelle

7 Mai 2016, 18:10pm

Publié par Philippe et Frédérique

Notre ami Philippe a eu envie de donner un coup de projecteur sur les Ornithogales en ombelle, Ornithogalum umbellatum, encore appelée: Dame d'onze heures...

photo: Philippe

photo: Philippe

Mon propos est d'attirer votre attention sur la star locale du moment: l'Ornithogale en ombelle , combien de temps survivra-t-elle entre l'urbanisation et l'agriculture intensive ?

C'est dans les talus peu ou tardivement nettoyés, les cultures archaiques ou les champs à l'abandon en attente de lotissement que vous pouvez trouver cette dame d'onze heures.

Je suis sûr que vous la connaissez tous, mais si rien ne change, elle risque de rejoindre le cercle des espèces disparues...

Mais sûrement vous la connaissez bien, si d'aventure vous voulez en savoir plus sur elle et ses variantes, je vous renvoie à votre flore habituelle, à Monsieur Google ou un autre moteur de recherche !!!

 

Philippe

photo: Philippe

photo: Philippe

Google, c'est bien, mais j'ai quand même envie de mettre mon grain de sel !...
Ornithogale, Ornithogalum
  • Ornithogalum umbellatum (Ornithogale en ombelle appartient à la famille contemporaine des: Asparagaceae (anciennement classée chez les Liliacées )
  • Son nom vient du grec ορνιθόγαλον « ornithogale », composé de ορνιθος, « oiseau » et γάλα « lait » signifiant proprement « lait d'oiseau »
  • source: http://uses.plantnet-project.org/fr/Dictionnaire_%C3%A9tymologique#O
  • Umbellatis en latin est bien sûr l'«ombrelle» ou le «parasol», une référence à ses fleurs étoilées disposées en corymbe. Les pétales et les sépales sont blancs avec une large ligne verte sur la face inférieure. Quand la plante pousse à l'ombre, bien souvent elle ne fleurit pas et forme de grosses touffes de feuilles étroites.
photos: Frédérique
photos: Frédérique

photos: Frédérique

  • Les feuilles sont marquées d'une ligne blanche pas toujours bien nette.
Photo Frédérique

Photo Frédérique

 
  • Toute la plante est toxique, pour l'homme comme pour le bétail et les animaux domestiques.
  • Ornithogalum umbellatum est cependant utilisée sous forme d’élixir floral, les fameux élixirs du docteur Bach, pour soulager les personnes sous le coup d'un choc mental ou d'un deuil difficile...
  • On peut ajouter qu'elle ne s'ouvre effectivement à onze que lorsque le soleil resplendit, s'il pleut ou si le temps est nuageux, elle reste obstinément fermée...
il pleut !

il pleut !

Google nous signale que La dame d’onze heures est aussi le titre d’un film policier de 1948… !!!

Introduction du film "La dame d'onze heures" (de Jean Devaivre, 1948)http://https://www.youtube.com/watch?v=ih-WiSDZET4

Il existe plusieurs taxons d'Ornithogalum. Tous sont très proches.

http://canope.ac-besancon.fr/flore/Liliaceae/especes/ornithogalum_umbellatum.htm

Frédérique

les plantes et leurs mystères...

12 Mars 2016, 15:27pm

Publié par Frédérique

les plantes et leurs mystères...

Un article intéressant sur " le Monde" du 2 mars dernier que j'ai envie de partager avec vous !

il y est question des végétaux qui anticipent les séismes, des plantes qui échangent des informations, d'autres qui les mémorisent....

http://abonnes.lemonde.fr/sciences/article/2016/02/29/les-plantes-ces-grandes-communicantes_4873936_1650684.html

A compléter avec ce lien, petit article où Francis Hallé parle " de la timidité des cimes "

http://www.terraeco.net/Observez-la-timidite-des-cimes-ce,62492.html

les plantes et leurs mystères...