Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Naturalistes du Bugey

couleurs d'hiver

20 Décembre 2016, 16:55pm

Publié par Frédérique

Le beau temps persistant est une invite à poursuivre les promenades en forêt...

Cette semaine: direction Poirin, sur la commune de Marignieu, où, dans une forêt claire traversée par "la voie romaine", ancienne route rectiligne qui relie Marignieu à Ceyzérieu, on peut admirer une chapelle située dans une clairière où se déroule chaque année une messe en plein-air.

Voici ce qu'en dit Michel Bigoni :

http://www.ballad-et-vous.fr/la-chapelle-de-poirin-entre-foi-et-mystere/

"L’histoire de cette chapelle remonte bien loin dans le temps, on dit qu’elle fut construite au Moyen-âge par les sœurs du couvent de Bons, qu’elle reçut au XVIIè siècle la visite de François de Salles, puis qu’elle fut détruite à la révolution. Les marques d’attachement ne cessèrent pourtant pas jusqu’à ce qu’un abri de fortune au toit de chaume abrite en 1824 une vierge noire, mais style Renaissance, provenant d’une ancienne porte de Belley. Cinq ans plus tard sous l’impulsion d’un vicaire de Ceyzérieu, les habitants de la commune reconstruisirent la chapelle que l’on peut voir aujourd’hui.

 

couleurs d'hiver

  Une stèle près de l’autel de pierre où la messe se déroule, a été dressée par quelques rescapés de la seconde guerre mondiale pour remercier la Vierge du lieu de les avoir protégés. On prétend que des guérisons ont été attribuées à celles-ci de tout temps.

couleurs d'hiver

Derrière le bâtiment se dresse un calvaire de pierres jointes élevé au 19è siècle.

Toujours est-il que ce lieu continu à exercer un attrait spirituel mystérieux.

  On dit qu’une source près de la chapelle apparaît avant chaque grande guerre… Il se peut également qu’une vierge noire au Moyen-âge ait précédé celle provenant de Belley qui ne serait qu’un substitut malgré sa grande beauté. D’autres chercheurs avancent l’idée que la chapelle serait construite sur un ancien tumulus. Il a été trouvé en 1973, une bombe volcanique, malheureusement égarée aujourd’hui, enchâssée dans la faille d’un rocher à deux pas de la chapelle. Ce lieu pourrait remonter aux temps celtiques où déjà des rituels liés aux croyances de ce temps-là se seraient déroulés.

Poirin et sa Vierge restent le symbole de l’attachement de beaucoup à ces lieux perdus dans la nature où se perpétue l’appel inexplicable du sacré."

 

Nous pénétrons dans le bois par un large chemin. 

Très vite, notre attention est attirée par un buisson de Fusain d'Europe, Euonymus europaea, sans feuilles, mais encore décoré de ses capsules rose violacé, qui ont perdu, hélas leurs belles graines orangées..;

 

couleurs d'hiver
couleurs d'hiver
couleurs d'hiver

Ce petit bois clair est composé essentiellement de chênes et de charmes dont certains sont encore ornés des grappes pendantes de leurs fruits desséchés...

voir:

http://naturalistesdubugey.over-blog.com/2016/11/feuilles-d-automne-2.html

couleurs d'hiver
couleurs d'hiver

Dans cette ambiance terne, quelques taches de vert sombre...

celles des arbres et arbustes à feuillage persistant.

Leurs feuilles sont souvent petites, coriaces, souvent vernissées, résistantes au gel et à la sécheresse. 

peu fragiles et évaporant peu d'eau, elles peuvent passer l'hiver en maintenant un flux de sève réduit. Cette sève s'épaissit en hiver et se concentre en minéraux (potassium notamment) et en sucres. Ces substances agissent comme un antigel...plus ou moins efficace selon les espèces.

buis

buis

A l'orée du bois, quelques buissons de buis qui ont été épargnés par la pyrale...

http://naturalistesdubugey.over-blog.com/search/pyrale%20du%20buis/

Plus loin, des touffes éparses de Fragon, Ruscus aculeatus, que l'on appelle également "petit houx" dressent leurs curieuses tlges raides chargées de "feuilles" terminées par une pointe piquante.

En réalité, ces "feuilles" sont des rameaux très aplatis, appelés: cladodes, sur lesquelles apparaissent, insérées en leur centre, des petites fleurs verdâtres qui donnent sur les pieds femelles (l'espèce est dioïque ) de jolies baies globuleuses rouge vif, semblant se trouver sous le cladode par rotation de celui-ci.

couleurs d'hiver

Dans la forêt de Rothonne, il forme par endroit des tapis denses et griffants où l'on a, comme ici, bien de la peine à trouver encore des baies...

fragon à Rothonne

fragon à Rothonne

un seul rameau porteur de baies !

un seul rameau porteur de baies !

une baie et à gauche, une fleur en bouton

une baie et à gauche, une fleur en bouton

fragon, en bas, à gauche, fleur déjà épanouie

fragon, en bas, à gauche, fleur déjà épanouie

Autre arbrisseau à feuillage persistant: le Daphné lauréole, Daphne laureola luit dans la douce clarté

daphné lauréole

daphné lauréole

Un genévrier, Juniperus communis, nous menace de ses aiguilles acérées...

couleurs d'hiver

Et puis, voici du Houx, Ilex aquifolium, avec son joli feuillage vernissé, hélas, lui aussi a perdu ses jolies boules vermillon...

couleurs d'hiver

« En décembre, dans les forêts brumeuses, le houx seul s'est paré pour la renaissance du soleil au solstice le plus pâle. Ferme dans sa cotte plus verte et plus solide de trancher sur la foule triste des arbres en haillons, riche de ses pendeloques vermeilles, il attend, roi mage des grands bois, se lever l'étoile de Noël. 

Cette joyeuse vaillance lui vaut, dans toute l'Europe, chez les paysans, une excellente réputation: c'est l'arbuste bénéfique, redouté par les esprits mauvais, les sorcières et les jeteurs de sorts...» **

** P. Lieutaghi  ( le livre des arbres, arbustes et arbrisseaux )

"La tradition d'en orner les maisons au solstice d'hiver est très ancienne. Il est dit que la foudre ne tombe jamais sur un houx. En Espagne autrefois, les jeunes filles interrogeaient le destin en décomptant les épines d'une feuille de houx et en répétant: " fille, femme, veuve, religieuse ", la dernière épine donnant la réponse .." *

* Sauvages et toxiques EDISUD


 

houx du jardin, avant le passage des oiseaux !

houx du jardin, avant le passage des oiseaux !

Les fruits du houx sont des drupes (comme la cerise ) qui contiennent 4 noyaux enserrant une graine lignifiée. Régal pour grives et merles, il peut constituer  un bon abri pour les oiseaux. Juste retour des choses, car on tirait de son écorce interne verte, dite seconde écorce, de la glu pour une pratique aujourd'hui interdite: la chasse aux gluaux dont étaient victimes les passereaux...

Son usage médicinal traditionnel est remis en question...

en ces temps de Noël, nous ne retiendrons que son côté ornemental

et nous dirons, avec  Charles Frémine:

Courez à la forêt prochaine,

Courez à l'enclos des fermiers;

Coupez le gui sur le grand chêne,

Coupez le gui sur les pommiers!

Coupez le gui! Coupez le houx!

Feuillage vert, feuillage roux;

Mariez leurs branches!

Perles rouges et perles blanches.

Coupez le gui! Coupez le houx!

C'est la Noël! Fleurissez-vous.

Chassez les grives et les merles,

Chassez la mésange au dos bleu

Du gui dont les fleurs sont des perles,

Du houx dont les fleurs sont du feu!

Pour en savoir plus sur le houx, voir cette publication de l'ENS de Lyon (département de Biologie )

http://biologie.ens-lyon.fr/ressources/Biodiversite/Documents/la-plante-du-mois/le-houx-une-plante-de-noel/le-houx-une-plante-de-noel

 

      Joyeux Noël chers lecteurs !

 

feuilles d'automne (2)

11 Décembre 2016, 18:38pm

Publié par Frédérique

Automne

...............................................................

Les feuilles dans le vent courent comme des folles ;

Elle voudraient aller où les oiseaux s'envolent,

Mais le vent les reprend et barre leur chemin :

Elles iront mourir sur les étangs, demain. 

................................................................................

Anna de Noailles ( "Le Cœur innombrable" , extrait) 

Fin novembre, un épais tapis de feuilles recouvre sous-bois et chemins...

elles ont perdu leurs couleurs éclatantes, désormais, c'est le brun qui domine...

feuilles d'automne (2)
feuilles d'automne (2)

Quand on a omis de lever la tête pour regarder la composition des taillis, il  suffit  à présent de regarder le sol pour faire des découvertes:

-c'est ainsi que dans la forêt communale de Rothonne, où nous allons souvent  à la recherche de champignons, les plantations de chênes sont importantes:

feuilles d'automne (2)

mêlées parfois de châtaigniers et de hêtres...

feuilles d'automne (2)

on a des surprises aussi, telle cette feuille de chêne rouge, Quercus rubra, avec ses lobes à pointes aigües dirigés vers l'avant, indiquant la présence de ce bel arbre.

Dans une autre partie du bois, ils ont été plantés en nombre

une feuille de chêne rouge aux lobes pointus

une feuille de chêne rouge aux lobes pointus

les arbres sont nus...

seuls quelques irréductibles ( non ! pas des Gaulois, on n'est pas dans Astérix ! ) non conformistes, jeunes sujets le plus souvent, refusent de se dévêtir...ils se nomment:

chêne, charme, hêtre...

leurs feuilles jaunissent, sèchent mais restent sur l'arbre tout l'hiver.

 

 

  • Les chênes, Quercus robur, chêne pédonculé et Quercus petraea, chêne sessile ou noir, faciles à reconnaître grâce à leurs feuilles munies de  lobes obtus...mais pas toujours faciles à distinguer l'un de l'autre !
chêne
chêne

chêne

chêne

chêne

  • Le charme, Carpinus betulus, utilisé pour constituer des haies semi-persistantes: "les charmilles"

Les feuilles des charmes sont entières, ovales-oblongues et doublement dentées... ce qui les distingue aisément de celles du hêtre qui ne sont pas, ou faiblement dentées et ciliées-soyeuses à l'état jeune.

( Pour les reconnaître, j'utilise cette petite phrase:

"le charme d'Adam, c'est d'être à poil !!!"            charme à dents, hêtre à poils ...)

 

charmille et feuilles de charme
charmille et feuilles de charme

charmille et feuilles de charme

feuilles d'automne (2)

Ci-dessus, une petite section de charmes dans la forêt, trahie par la présence de nombreuses bractées foliacées trilobées, maigres restes des belles grappes de chatons femelles renfermant les akènes...

restes de bractées de charme, présence d'une feuille d'érable plane

restes de bractées de charme, présence d'une feuille d'érable plane

  • Le hêtre, Fagus sylvatica, à feuilles elliptiques ou ovales, entières et, on l'a déjà dit, pas ou faiblement dentées
hêtre
hêtre

hêtre

 

On dit que ces arbres ont un feuillage marcescent, du latinmarcescentem, participe présent de: marcescer: se flétrir

 En effet, ces essences ne forment pas de zone d’abscission* mais un tissu appelé thylle**, c’est-à-dire un amas de cellules qui prolifèrent et finissent par empêcher la circulation de la sève. Les hormones végétales n’atteignent alors plus les pétioles. Les feuilles restent généralement sur l’arbre jusqu’au débourrement (lorsque les nouvelles feuilles apparaissent )

* voir: http://naturalistesdubugey.over-blog.com/2016/11/la-feuille-d-automne.html

**Ces "thylles" se forment couramment dans le bois, par exemple, dans le cas d’une blessure (section d’un organe), les thylles semblent avoir un rôle protecteur, ils obstruent l’ouverture des vaisseaux, formant ainsi une barrière contre les infections parasitiques ou saprophytiques. *

*http://docnum.univ-lorraine.fr/public/SCD_T_2010_0059_GHAZIL.pdf

feuilles d'automne (2)

Les arbres, plus ou moins dénudés, nous rappellent la venue imminente des frimas de l'hiver, même si cette année, un anticyclone nous permet de bénéficier d'une fin d'automne ensoleillée...

dans quelques temps, nous dirons peut-être comme  Victor Hugo: 

                                  ....................................................................................

Vois, cette branche est rude, elle est noire, et la nue 
Verse la pluie à flots sur son écorce nue ; 
Mais attends que l'hiver s'en aille, et tu vas voir 

Une feuille percer ces noeuds si durs pour elle, 
Et tu demanderas comment un bourgeon frêle 
Peut, si tendre et si vert, jaillir de ce bois noir...

(Recueil : Les feuilles d'automne (1831).)