Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Naturalistes du Bugey

Le laurier sauce, Laurus nobilis

, 01:24am

Publié par Frédérique

Après le laurier-tin, ne quittons pas les lauriers, mais revenons sur celui dont je vous proposais la fleur en avril 2017, certaine qu'un lecteur saurait reconnaître l'inflorescence du Laurier sauce, Laurus nobilis.

Une description botanique accompagnait la réponse à la devinette

voir le lien ci-dessous:

fleurs de Laurus nobilis

fleurs de Laurus nobilis

Rappel: Viburnum tinus* appartient à la famille des Adoxacées, il est légèrement toxique

*voir article précédent

http://naturalistesdubugey.over-blog.com/2020/12/viburnum-tinus.html

Laurus nobilis, Laurier noble, Laurier d'Apollon lui, est le seul représentant européen de la famille des Lauracées famille riche en végétaux précieux comme le Cannelier et le Camphrier - genre: Cinnamomum- dont les usages culinaires et thérapeutiques sont connus, l'Avocatier - genre: Persea - venu d'Amérique tropicale, dont le fruit nous régale, le Sassafras officinal - genre Sassafras- originaire de l'est des Etats-Unis dont le bois et l'écorce sont au nombre des meilleurs sudorifiques végétaux.

Laurus nobilis, outre ses propriétés culinaires présente également des propriétés médicinales un peu oubliées de nos jours.

Voyons donc aujourd'hui quelles sont ces propriétés.

 

Laurier sauce

Laurier sauce

Dans l'Antiquité on lui reconnaissait de multiples propriétés, arbre vénéré, consacré à Apollon, le laurier était censé maîtriser les forces obscures, éveiller à l'intelligence des mystères, et écarter la foudre.

Utilisé comme aromatique culinaire, on l'employait aussi pour combattre toutes sortes de maladies mais également pour combattre les poisons, les morsures de serpents, de scorpions...

feuilles et restes des fruits (des drupes) tombés ou picorés par les merles ???

feuilles et restes des fruits (des drupes) tombés ou picorés par les merles ???

Aujourd'hui on emploie toujours en infusion ses feuilles qui favorisent la digestion.

Elles sont bénéfiques pour lutter contre les fermentations intestinales, le manque d'appétit, l'anémie, les troubles nerveux légers.

Dans les affections bronchiques, le laurier se révèle antispasmodique et bon expectorant.

drupes de laurier sauce: sur la photo du haut, on aperçoit des boutons floraux
drupes de laurier sauce: sur la photo du haut, on aperçoit des boutons floraux

drupes de laurier sauce: sur la photo du haut, on aperçoit des boutons floraux

L'huile (tirée des drupes bouillies dans l'eau puis écrasées) sert à la fabrication d'un grand nombre d'onguents vulnéraires et résolutifs; elle est excellente en massages légers sur les foulures, les douleurs rhumatismales et musculaires.

On peut aussi l'employer contre la gale et les parasites des animaux domestiques.

Les feuilles broyées, appliquées en cataplasmes calment les piqûres de guêpes et d'abeilles.

 

Autres usages:

Le savon d'Alep est traditionnellement fabriqué avec de l'huile de baies ou de feuilles de laurier.

Les feuilles favorisent la conservation des figues et des raisins secs.

Et bien sûr, usage culinaire:

Est-il nécessaire de parler longuement de la vieille alliance du Laurier et de la gastronomie, du "bouquet garni" sans lequel le pot-au-feu n'est qu'un bouillon de boeuf, le court-bouillon qu'une eau bouillie, de la feuille qui, nageoire de squale à la surface des sauces, révèle déjà des profondeurs de délices?

Pierre Lieutaghi, le livre des arbres, arbustes et arbrisseaux

Son bois dur, assez lourd était utilisé, dit Théophraste, pour les torches ou comme cannes en raison de son usure lente; il a servi également à fabriquer des bibelots et de petits meubles;

 Il est aujourd'hui sans emploi.

Attention à ne pas le confondre avec le Laurier cerise, Prunus laurocerasus, famille des Rosacées, toxique ou avec le Laurier rose, Nerium oleander, famille des Apocynacées dont l'ingestion peut être fatale.

Sources:

Guide des arbres et arbustes Sélection du Reader'Digest

Le livre des Arbres, Arbustes et Arbrisseaux, P. Lieutaghi Actes Sud

Fleurs du bassin méditerranéen Nathan

Internet

 

 

Frédérique