Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Naturalistes du Bugey

Dimanche 8 juillet, secteur du col de Gleize, commune de Gap

21 Août 2018, 19:08pm

Publié par Société des Naturalistes du Bugey

Dimanche 8 juillet, secteur du col de Gleize, commune de Gap

Les premiers rayons de soleil éclairent les sommets lorsque nous quittons le Valgaudemar pour la vallée du Champsaur.

Sur la route du col de Gleize nous nous arrêtons au lieu-dit Les Vachiers, sous le pic de Gleize ( 2161 m.)

La famille des Fabacées est bien représentée dans les prairies sèches où domine le bleu-violet des Vesces:

  • Vesce fausse esparcette, Vicia onobrychioides
Vesce fausse esparcette
Vesce fausse esparcette

Vesce fausse esparcette

  • Vesce de Cracovie, Vicia cracca
Vesce de Cracovie

Vesce de Cracovie

  • Astragale toujours vert, Astragalus sempervirens
Astragale toujours vert

Astragale toujours vert

  • Luzerne en faux, Medicago sativa ssp falcata
Luzerne en faux

Luzerne en faux

  • Anthyllide des montagnes, Anthyllis montana
Anthyllide des montagnes
Anthyllide des montagnes

Anthyllide des montagnes

Plus discrètes sont les teintes roses des bugranes

  • Bugrane à crête, Ononis cristata
Bugrane à crête
Bugrane à crête

Bugrane à crête

  • Bugrane rampante, Ononis repens à rameaux inermes
Bugrane rampante,

Bugrane rampante,

Les Lamiacées sont aussi bien présentes

  • la Scutellaire alpine, Scutellaria alpina
Scutellaire alpine
Scutellaire alpine

Scutellaire alpine

  • la Germandrée des montagnes, Teucrium montanum
Germandrée des montagnes

Germandrée des montagnes

Chez les Astéracées, nous trouvons:

  • l' Armoise à feuilles de camomille, Artemisia chamaemelifolia
Armoise à feuilles de camomille

Armoise à feuilles de camomille

  • l' Echinops à tête ronde, Echinops sphaerocephalus à l'inflorescence globuleuse, bleue
Echinops à tête ronde
Echinops à tête ronde
Echinops à tête ronde

Echinops à tête ronde

  • l' Epervière à feuilles de statice, Tolpis staticifolia au coeur brun-rougeâtre
Epervière à feuilles de statice

Epervière à feuilles de statice

A noter aussi, entre autres, une Caprifoliacée:

  • Lomelosie à feuilles de graminée, Lomelosia graminifolia
Lomelosie à feuilles de graminée
Lomelosie à feuilles de graminée

Lomelosie à feuilles de graminée

  • une Boraginacée: le Mélinet des Alpes, Cerinthe glabra
 Mélinet des Alpes
 Mélinet des Alpes
 Mélinet des Alpes

 Mélinet des Alpes

  • une Linacée: Lin suffrutescent, Linum suffruticosum
Lin suffrutescent
Lin suffrutescent

Lin suffrutescent

La fin de matinée approchant, nous prenons l'étroite route du Col de Gleize (1696 m.)

Sur les talus, les Stipes à tige laineuse, Stipa eriocaulis agitent leurs élégants plumets en guise de salut !

Stipes à tige laineuse (plumet)

Stipes à tige laineuse (plumet)

Les mélèzes de la Maison Forestière nous offrent leur ombre pour la pause méridienne.

Dimanche 8 juillet, secteur du col de Gleize, commune de Gap

L'après-midi, un petit groupe poursuivra l'herborisation sur le chemin de Ronde, versant ouest de la montagne de Chaudun, et un intrépide ira jusqu'au sommet du pic de Gleize...

Dimanche 8 juillet, secteur du col de Gleize, commune de Gap
Dimanche 8 juillet, secteur du col de Gleize, commune de Gap
Dimanche 8 juillet, secteur du col de Gleize, commune de Gap

Les grimpeurs trouveront une petite Campanulacée, endémique des Alpes:

  • Campanule des Alpes, Campanula alpestris, à tiges très courtes portant une corolle disproportionnée
Campanule des Alpes
Campanule des Alpes

Campanule des Alpes

Autre belle trouvaille: 

  • Panicaut épine blanche, Eryngium spinalba (Astéracée)
Panicaut épine blanche

Panicaut épine blanche

une magnifique Amaryllidacée:

  • l'Ail à fleur de narcisse, Allium narcissiflorum
Ail à fleur de narcisse
Ail à fleur de narcisse
Ail à fleur de narcisse

Ail à fleur de narcisse

Le courageux grimpeur sera récompensé: il trouvera 2 autres Astéracées, protégées au plan national:

  • plante assez rare , le Rhapontique à feuilles d'aunée (ou d'inule); belle Hélène, Rhaponticum helenifolium
  • "le   Rhapontique à feuilles d'Aunée (Rhaponticum helenifolium subsp. helenifolium). Cette plante fait partie de la famille des Astéracées. On la rencontre au sud ouest des Alpes. Assez rare, elle est protégée au plan national. Le Rhapontique à feuilles d'Aunée pousse uniquement sur des terrains calcaires et ne doit pas être confondu avec son proche cousin le Rhapontique scarieux (Rhaponticum scariosum subsp. lamarckii) qui lui ressemble beaucoup, avec cependant des capitules un peu plus petits, et qui surtout ne pousse que sur des sols acides (grès, granite …) *"
  • citation tirée du site qui s'affiche ci-dessous:
Rhapontique à feuilles d'aunée
Rhapontique à feuilles d'aunée
Rhapontique à feuilles d'aunée
Rhapontique à feuilles d'aunée

Rhapontique à feuilles d'aunée

et pour ceux que cela intéresse, un compte-rendu de sortie botanique effectuée en 1891 par un membre de la Société Botanique de Lyon ( page 30 )...

voir le document:

http://www.linneenne-lyon.org/depot1/9929.pdf

  • autre plante protégée au niveau national: 
  • la Bérardie laineuse, Berardia lanuginosa.
  • Cette plante très prestigieuse a été recherchée et étudiée par de nombreux botanistes. Elle est assez commune dans les Hautes-Alpes où elle se rencontre dans les éboulis calcaires et schisteux. 
  • Voici ce que l'on peut lire à son propos dans le livre: "A la découverte des fleurs des Alpes" (édité par Libris pour les Parcs Nationaux de France , en 2003)

"Pour qui s'intéresse aux plantes, la première rencontre avec la Bérardie interpelle. On ne peut la comparer à aucune autre plante alpine, et sa ressemblance avec les plantes du désert en fait une curiosité. Insolite la rosette gris-vert et cotonneuse, résistant le pivot de la racine, discrets les gros capitules des fleurs jaune clair...Le paysage qui l'entoure est plutôt austère: éboulis calcaires ou schisteux entre 1500 et 3000 m d'altitude, larges pentes de matériaux fins, crêtes exposées à tous les vents...

C'est en 1777 que le botaniste dauphinois Dominique Villars l'a décrite et en a fait l'unique espèce du genre Berardia, en hommage au botaniste grenoblois P. Bérard. 

C'est une relique de l'époque de la surrection des Alpes, seule survivante d'une période lointaine, l'ère tertiaire, où un climat subtropical régnait sur les Alpes. C'est aujourd'hui la version la plus plausible. Car elle a suscité bien des débats et des hypothèses: elle serait la seule représentante en Europe d'une famille de plantes andines ou une parente de plantes hispano-marocaines ..."

Bérardie laineuse

Bérardie laineuse

Dimanche 8 juillet, secteur du col de Gleize, commune de Gap

texte: Yvette

documentation: Frédérique

photos: Jacques, Jean-Pierre, Joel

Commenter cet article
P
Papillon: Une zygène mais pas possible d'être plus précis (Pourpre ou diaphane???°
Répondre